La méditation en pleine conscience est la méthode de méditation utilisé aujourd’hui pour les soins. Elle est d’origine bouddhiste et a été modifié et laïcisée pour être utilisé pour les soins.

La pleine conscience a pour principe de se rendre présents à ce que nous vivons. Etre totalement présent sans réaction avec attention.

 

Pour faciliter ton entrée dans l’état méditatif, il est important d’insister sur l’importance des postures. Il y a deux postures à favoriser : la posture du corps et celle de l’esprit.

La posture du corps

C’est simple, il suffit d’être assis, dos droit, les épaules ouvertes, les pieds à plat et les mains sur les cuisses. Ensuite, au choix, tu gardes les yeux ouverts ou pas.

La posture de l’esprit

Le principe est simple mais compliqué à mettre en pratique ! Le principe consiste à ne rien attendre, rien vouloir, rien trier. Tu as besoin de te rendre présent, accueillir et observer tout ce qui se présente à toi. En général, on veut des résultats rapide à nos actes, nous rejetons les émotions désagréables et accueillons les agréables.

Dans la méditation de pleine conscience, on observe et accueille tout ce qui passe, qui est déjà présent. Les résultats viennent de la présence et non du contrôle.

L’un des pionniers de la méditation laïque en France est Christophe andré. Les informations que je te livre sont tirés de ses livres. Je vais te donner les quatres étapes par lesquels, en général, tu peux commencer pour fair un exercice méditatif. Cet exercice est un extrait de son livre « 3 minutes à méditer »

Première étape

« s’arrêter et s’assoir. »

C’est difficile pour nous, qui aujourd’hui sommes habitués à être sans cesse dans l’action et la distraction. Nous ne sommes pas habitués à être dans la non-action.

Deuxième étape

« Stabiliser son attention par la présence au souffle ».

Pourquoi doit-on se stabiliser? Eh bien, quand on commence à s’assoir pour méditer, notre esprit est déjà accaparé par des pensées, des choses à faire. Dans notre esprit, c’est le chaos !

Lorsqu’on commence à méditer, il y a souvent d’autres activités qui entrent en concurrence avec la méditation. Du coup, quand on est à peine installé, on se relève car on a des choses à faire qui nous paraisse plus urgente à faire !!! (à tort parfois)

Pourquoi sur le souffle alors ? Il est recommandé de se concentrer sur quelquechose en mouvement. Tu peux centrer ton attention sur l’eau d’une rivière, sur les branches d’un arbre qui bouge au grés du vent, sur le mouvement de la flamme d’une bougie ou encore sur la fumée de l’encens qui se tortille dans tout les sens ! Mais si tu n’as pas à disposition tout ces éléments, ce qui est toujours avec toi, qui est toujours en mouvement est ton souffle. Rapide, lent, long, court. C’est une excellente cible mouvante. Attention, comme le dit Christophe André, « il s’agit de ressentir son souffle, et non de réfléchir au souffle ».

Troisième étape

« Elargir l’espace de sa conscience »

Quand on a stabilisé son attention sur son souffle, on peut ouvrir « l’espace de sa conscience le plus largement possible, et de basculer dans une forme de conscience dite ouverte, ou sans objet ». Une forme de conscience ou on est présent à tout ce qui nous entoure, à ce que l’on ressent : notre souffle, corps, les sons que nous entendons, les idées et émotions qui viennent et qui s’en vont… A chaque fois que l’on se rend compte que notre esprit s’arrête sur quelquechose (idée, émotion, sensation agréable ou désagréable), il faut l’accepter tout en réouvrant notre espace en redirigeant notre attention sur notre souffle.

On peut s’arrêter sur ces trois étapes. C’est clairement suffisant pour commencer. La quatrième étape est optionnelle. On peut la réaliser quand on est à l’aise avec les trois premières étapes.

Je te laisse donc décidé et si tu souhaites faire la quatrième étape, je t’invite à lire le livre de Christophe André « 3 minutes à méditer ».

Quand méditer ?

Le principe de la méditation de pleine conscience est de s’arrêter et s’asseoir.

Tu peux très bien planifié tes moments. Par exemple, je médite principalement le matin. Je me lève à 4h, je fais une séance de 30 minutes de Yoga puis j’enchaîne sur la méditation. Mais il m’arrive, quand j’en ressens le besoin de méditer plus tard dans la matinée ou dans l’après-midi.

Tu peux avoir des moments de pleine conscience dans la journée : par exemple, dans une salle d’attente, tu te pose, respire et te rend présent à ta vie ne serait-ce que quelques minutes. Lorsque des émotions agréables ou désagréables surviennent, tu peux t’arrêter, respirer.

Pour conclure, je peux te dire que la pleine conscience peut se pratiquer à tout moment dans ta journée : manger, lire, marcher, faire la vaisselle, cuisiner, conduire, …

Alors si tu es tenté de te recentrer sur le moment présent, de méditer en pleine conscience, je te conseille vivement les livres de Christophe André. Ils m’ont beaucoup aidé quand j’ai commencé à méditer.